Logo presse île de France Slogan presse île de France Nous contacter

Nous suivre

Les Quatre saisons d’aimer

  • Auteur :  Jean Debruynne
  • Collection : Jean Debruynne
  • ISBN : 9782708881280
  • Prix : 22.2 €
  • Pages : 224 pages
  • Format : 21x15 cm
  • Acheter

Naître, Vivre, Paix, Mourir de Jean Debruynne

200 poèmes de Jean Debruynne à lire et à savourer pour dire et chanter les couleurs des quatre saisons d’aimer merveilleusement mises en images par Charlotte Légaut. De sa rencontre avec Jacques Prévert, Jean Debruynne apprend la force des mots, des conversations avec Madeleine Delbrêl, l’obéissance au réel.
Entrer dans l’œuvre de Jean Debruynne, c’est entrer dans une spiritualité de la résistance. Avec force et acuité, il disait de la poésie : « Tandis que maintenant la mondialisation ne cache plus ses ambitions où tout doit devenir une marchandise, la vie comme la mort, l’hôpital autant que l’école, l’Homme autant que les choses, c’est alors justement que le langage poétique cesse d’être un passe-temps pour devenir un acte de résistance. »
Prêtre de la Mission de France, tour à tour, cheminot, ouvrier, sociologue, journaliste, poète, dramaturge, romancier, Jean Debruynne n’a jamais cessé de « bêcher, ratisser, semer, arroser le jardin de l’Évangile ».
 
Illustrations de Charlotte Légaut

Jean Debruynne

Jean Debruynne est né à Lille en 1925. L’exode de mai 1940 déracine sa famille dans le Lot-et-Garonne. Sa formation est plurielle, il entre au séminaire de la Mission de France et exerce les métiers de cheminot, de domestique, de tôlier...
Il est ordonné prêtre en 1950. Passionné par ce qui naît, s’invente, se crée, il admire Prévert, participe à l’école d’Éducation par le jeu dramatique (EPJD) de Jean-Louis Barrault. Nommé aumônier des Guides de France, puis des Scouts de France, Jean Debruynne approfondit la réflexion sur la thématique de l’éducation et de l’Évangile. Tout en accompagnant de nombreux mouvements, il devient formateur et journaliste et continue sa carrière d’écrivain jusqu’à sa mort le 8 juillet 2006 au Liban.

Partir avec Jean Debruynne

Le prêtre poète, décédé en 2006, inspire les jeunes aujourd’hui !
Un prix qui porte son nom vient de récompenser Pauline Cuvelier, d’Amiens.

Audace tel est le titre du poème de Pauline Cuvelier, jeune Amiénoise, qui vient de recevoir un prix pour son texte. Elle est la lauréate d’un concours de poésie, le prix Jean Debruynne, qui vient de vivre sa deuxième édition.

Le père Jean Debruynne, originaire de Saint-Livrade-sur-Lot, est décédé, à 81 ans, lors d’un séjour au Liban, le 8juillet 2006. Prêtre de la Mission de France, il était un poète et un écrivain de renommée internationale, qui a laissé de nombreux textes. Il a aussi écrit des spectacles, notamment celui de Lyon pour l’accueil de pape Jean Paul II en octobre 1986.
L’association "En blanc dans le texte" a pour objectif de valoriser les œuvres de l’ancien aumônier général des Guides et Scouts de France, d’encourager les productions scéniques et artistiques en participant auprès des personnes qui n’y ont pas accès, et de soutenir les jeunes créateurs dans tous les domaines des arts.

"Accepter de partir, c’est accepter qu’il soit un avenir"
pour 2011, le prix Jean Debruynne concernait la poésie et la chanson et s’adresse aux 16-30ans. Son montant était de 1000€, il avait pour objet de récompenser la création d’un texte, d’une chanson, d’un poème qui s’inspiraient du texte "Partir" du prêtre, dont voici un extrait :"Accepter de parti, c’est accepter qu’il soit un avenir, c’est reconnaitre que tout n’a pas été dit. C’est affirmer que notre monde n’est pas notre prison, et que notre temps n’est pas sans issue".

Pauline, 23 ans, vit à Amiens "J’ai vu la proposition du concours dans le magazine de la pastorale des policiers ( assez original ! )dans la bibliothèque d’une abbaye, o* je suis passé fin décembre 2010. Le magazine m’avait interpellé car il parlait de Saint Martin. J’ai marché sur ses chemins près de Tours, l’été 2010, et quand j’ai vu le concours j’ai fait le lien avec le thème "Partir". Durant la semaine de marche, j’avais écrit un petit poème sur le thème de la marche et du détachement. J’ai laissé l’inspiration me venir dans les quelques jours qui ont suivi, et la première trame de ce texte a été écrite le premier soir de cette nouvelle année 2011. Autant dire que l’année 2011 commençait bien ! a expliqué Pauline le jour de la remise du prix le 27 février.
Elle ajouta :" La Foi est ma force au quotidien, l’Église ma deuxième famille et le Seigneur mon compagnon de route."

"La vie n’attend que ton audace pour te faire découvrir son printemps"
Son œuvre, Audace, est un poème de deux pages rédigé d’une belle écriture soigneuse. En voici un extrait : "Si la vie te semble terne et que tous les jours se ressemblent, si la vie te semble rituelle et que tu retrouver le goût de la surprise, alors pars. La vie n’attend que ton audace pour te faire découvrir son renouveau. Si la vie te semble froide et que ton cœur ne sait plus se réchauffer, si la vie te semble glaciale et que tu veux retrouver la chaleur, alors pars. La vie n’attend que ton audace pour te faire découvrir son printemps(...) La vie n’attends que toi, tel que tu es, pour faire bouger le monde Afrique ou Alaska, Australie pu Anzona, alors pars.La vie n’appelle pas que des petits comme toi, tel que tu es, pour faire tourner la ronde. Un pas en toi vers ton cœur, un pas vers l’autre, qui l’appelle au bonheur..."

Anne Sophie Houdeaux, La Croix du Nord 04/10mars 2011.

Dans la même collection